Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

accès rapides, services personnalisés
Rechercher
Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie
UMR 7590 - Sorbonne Université/CNRS/MNHN/IRD

Soutenance de thèse d'Amaury Fau

Amaury Fau, doctorant dans l'équipe ROCKS (Research on carbon-rich key samples)

soutient sa thèse le jeudi 14 novembre 2019 à 14 h 30.

IMPMC - Sorbonne Université - 4 place Jussieu, 75005 Paris, tour 23, 4e étage, couloir 22-23, salle 401

Spectroscopies Raman et de luminescence résolues en temps pour l’exploration de Mars

 

Résumé

En 2021, le rover Mars 2020 de la NASA déploiera l’instrument SuperCam dans le cratère Jezero sur Mars. Cet instrument franco-américain multi-techniques d'analyse à distance sera équipé notamment d’un LIBS (analyse chimique) et d’un spectromètre Raman et de luminescence résolu en temps (analyse minéralogique). Après étude de paramètres environnementaux ainsi que de facteurs intrinsèques à l’échantillon cible, la spectroscopie Raman résolue en temps s’avère très puissante et permet la réalisation de spectres Raman dépourvus de signaux parasites (e.g. luminescence) pour de nombreux minéraux (carbonates, phosphates, silicates) parfois non analysables en Raman conventionnel. Une base de données de spectres Raman résolu en temps a ainsi été élaborée. Les effets de tirs laser LIBS sur la structure et la signature Raman de nombreux minéraux ont été étudiés sur la base d’expériences et de modélisations thermiques simples. Les résultats montrent un effet majeur (vitrification voire transition de phase) pour des minéraux opaques à fort coefficient d'absorption optique alors que les effets sont minimes, voire non détectables, pour des phases plus transparentes. Ces résultats sont discutés en termes de contraintes opérationnelles pour les instruments du rover Mars2020. L’étude de la luminescence des terres rares dans des apatites synthétiques dopées et naturelles montre que la luminescence est un outil pertinent de détection de ces éléments. En revanche, l’étude des temps de décroissance met en évidence des phénomènes complexes de transferts d’énergie entre centres émetteurs et limite l’utilisation de ces temps de décroissance pour une éventuelle quantification des terres rares.

 

Abstract

In 2021, the NASA Mars 2020 rover will deploy the SuperCam instrument in the Jezero crater on Mars. This franco-american multi-tool instrument for remote analysis will be equiped with LIBS (chemical analysis) and with a time-resolved Raman and luminescence spectrometer (mineralogical analysis). After investigating various environmental parameters as well as intrinsic factors from the target sample, time-resolved Raman spectroscopy appears as a powerful tool to obtain high-quality Raman spectra free of parasitic signal (e.g. luminescence) for many mineral phases (carbonates, phosphates, silicates), even in the case of minerals hardly analysable with conventional Raman. A database of time-resolved Raman spectra has been elaborated. The effects of LIBS laser shots on the mineral structure and Raman fingerprint have been studied experimentally and through simple thermal modeling. Results show a major structural effect (vitrification and/or phase transition) in the case of opaque minerals with high optical absportion coefficient whereas the effects are minimal, or even non detectable, for more transparent and less absorbing minerals. Implications of these results for the operation of the Mars 2020 instruments are discussed. The study of Rare-Earth Elements (REE) luminescence in synthetic doped and natural apatites shows that luminescence is powerful to detect and characterize REEs. However, due to strong transfer energy among emission centers, the possible use of luminescence lifetime appears to be impossible to quantify REE in natural apatites.

 

Jury

  • Pierre Beck (Rapporteur), Université Grenoble Alpes
  • Bruno Bousquet (Rapporteur), Université de Bordeaux
  • Agnès Cousin (Examinatrice), Université Toulouse III Paul Sabatier
  • Sylvestre Maurice (Examinateur), Université Toulouse III Paul Sabatier
  • Gerard Panczer (Examinateur), Université Claude Bernard Lyon
  • Violaine Sautter (Examinatrice), Sorbonne Université
  • Olivier Beyssac (Directeur), Sorbonne Université
  • Michel Gauthier (Co-directeur), Sorbonne Université

Cécile Duflot - 08/11/19

Traductions :

    Zoom Science - La glace d’ammoniac est-elle stable à l’intérieur de Neptune ? - Septembre 2019

    La molécule d’ammoniac (NH3) est peu abondante sur Terre à l’état naturel, mais son rôle important dans l’industrie chimique, notamment pour la fabrication d’engrais, explique qu’elle soit produite massivement à plus de 100 Mt par an. Sa synthèse, via le procédé Haber, repose sur la réaction du diazote...

    » Lire la suite

    Contact

    Guillaume Fiquet (Guillaume.Fiquet @ upmc.fr)

    Directeur de l'institut

    33 +1 44 27 52 17

     

    Nalini Loret (Nalini.Loret @ upmc.fr)

    Attachée de direction

    33 +1 44 27 52 17

     

    Jérôme Normand (jerome.normand @ upmc.fr)

    Gestion du personnel

    Réservation des salles

    33 +1 44 27 74 99

     

    Antonella Initili (Antonella.Intili @ upmc.fr)

    Accueil et logistique

    Réservation des salles

    33 +1 44 27 25 61

     

    Danielle Raddas (cecile.duflot @ impmc.upmc.fr)

    Gestion financière

    33 +1 44 27 56 82

     

    Cécile Duflot (cecile.duflot @ upmc.fr)

    Communication

    33 +1 44 27 46 86

     

    Contact unique pour l'expertise de météorites

     

    Contact unique pour l'expertise de matériaux et minéraux

     

    Stages d'observation pour les 3e et les Seconde : feriel.skouri-panet@upmc.fr (feriel.skouri-panet @ upmc.fr)

     

    Adresse postale

    Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie - UMR 7590

    Sorbonne Université - 4, place Jussieu - BC 115 - 75252 Paris Cedex 5

     

    Adresse physique

    Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie - UMR 7590 - Sorbonne Université - 4, place Jussieu - Tour 23 - Barre 22-23, 4e étage - 75252 Paris Cedex 5

     

    Adresse de livraison

    Accès : 7 quai Saint Bernard - 75005 Paris, Tour 22.

    Contact : Antonella Intili : Barre 22-23, 4e étage, pièce 420, 33 +1 44 27 25 61

     

     

    Fax : 33 +1 44 27 51 52

    L'IMPMC en chiffres

    L'IMPMC compte environ 195 personnes dont :

     

    • 40 chercheurs CNRS
    • 46 enseignants-chercheurs
    • 19 ITA CNRS
    • 15 ITA non CNRS
    • 50 doctorants
    • 13 post-doctorants
    • 12 bénévoles

     

     Chiffres : janvier 2016