Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

accès rapides, services personnalisés
Rechercher
Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie
UMR 7590 - Sorbonne Université/CNRS/MNHN/IRD

Soutenance de thèse de Maya Ikogou

Maya Ikougou, doctorante dans l'équipe Minéralogie environnementale, soutiendra sa thèse le lundi 12 décembre 2016 à 14 h.

IMPMC, Université P. et M. Curie, 4, Place Jussieu, 75005 Paris   Salle de conférence, 4e étage, Barre 22-23, Salle 1.

Etude des processus de biominéralisation des sulfures de fer et des mécanismes de piégeage du nickel : contexte des sédiments de mangrove de Nouvelle-Calédonie

 

Résumé

Ces travaux de thèse avaient pour objectifs (i) d’étudier le comportement du fer et du nickel au cours de la biominéralisation de sulfures de fer par des bactéries sulfato-réductrices et (ii) de tenter une première estimation de l’influence de l’exploitation minière sur les communautés microbiennes des sédiments de mangrove de Nouvelle-Calédonie. Pour atteindre ces objectifs, des expériences d’incubation ont été conduites en anoxie avec une espèce unique de bactérie (thio)sulfato-réductrice (i.e. Desulfovibrio capillatus) et avec un consortium de bactéries sulfato-réductrices natives de sédiments de mangrove de Nouvelle- Calédonie. Ces expériences ont été réalisées avec différentes sources de Fe(III) (i.e. goethite, ferrihydrite et citrate-ferrique) et en présence de nickel structural ou en solution. Les résultats montrent que l’activité bactérienne sulfato-réductrice (qu’elle soit synergique ou issue d’une espèce unique) conduit, dans toutes les expériences, à la formation principale de mackinawite (FeS). Ce sulfure de fer précipite sous forme de cristallites nanométriques et dont la cristallinité augmente avec la durée d’incubation. Lorsque le nickel est présent en solution, la quasi-totalité de cet élément peut se substituer au fer (i.e. substitution 4% molaire) dans la structure de la mackinawite. Ainsi, la formation d’une faible proportion de mackinawite permet de fixer la quasi-totalité du nickel initialement en solution (e.g. ratio FeS:Ni de 1). Ce mécanisme semble stable sur le long terme (pas de relargage de nickel en solution) et il accélère la croissance cristalline de la mackinawite, ce qui engendre une stabilité accrue de ce minéral. Ces résultats soulignent le rôle efficace des bactéries sulfato-réductrices dans la formation des sulfures de fer de type mackinawite et dans le piégeage du nickel, suggérant une stabilisation de cet élément dans les sédiments de mangrove et la limitation de sa biodisponibilité. Ceci pourrait expliquer les résultats de l’étude comparative des consortiums bactériens autochtones qui ne permettent pas de déceler d’impact de l’activité minière sur les communautés bactériennes sulfato réductrices présentes en Nouvelle-Calédonie.

Abstract

The aims of the present work were (i) to study the behavior of iron and nickel in the biomineralization of iron sulfides by (thio)sulfate-reducing bacteria and (ii) to estimate the influence of open-cut mining activities on microbial communities development in mangrove sediments in New Caledonia. To achieve these objectives, incubation experiments were conducted under anoxic conditions with the (thio)sulfate-reducing bacteria (i.e. Desulfovibrio capillatus) and a consortium of sulfate-reducing bacteria native mangrove sediments of New Caledonia. These experiments were carried out with different Fe(III) precursors (i.e. goethite, ferrihydrite and ferric citrate) and in the presence of structural or soluble nickel. The results show that the sulfate-reducing bacterial activity leads, in all experiments, to the formation of mackinawite (FeS). This iron sulfide precipitates as nanosized crystallites that increase in size with incubation time. When nickel is present in solution, the total soluble amount can be substituted to iron (i.e. replacing 4 mol%) in the structure of mackinawite. Thus, the formation of a small proportion of mackinawite scavenged total soluble amount of nickel initially present in solution (e.g. FeS:Ni ratio of 1). This sequestration mechanism appears to be stable over time (no nickel was released in solution) and accelerates the crystal growth of mackinawite, leading to the stabilization of this mineral. These results highlight the effective role of sulfate-reducing bacteria in the biomineralization of iron sulfides such as mackinawite and in the sequestration of nickel, suggesting a stabilization of this element in mangrove sediments and limitation of its bioavailability. These results could explain the absence of negative impact of open-cut mining activities on the sulfate-reducing bacterial communities present in New Caledonia.

Jury

Cécile Duflot - 05/12/16

Traductions :

    Zoom Science - Magnétite : scène de ménage entre le spin et l’orbite - Décembre 2019

    Au cœur de bien des dispositifs magnétiques de l’électronique de pointe, la magnétite par sa simplicité formelle d’oxyde de fer cubique et la complexité avérée de sa structure électronique reste un terrain de jeu pour les physiciens. Quatre membres des équipes Minéralogie et magnétisme de basses dimensionnalités...

    » Lire la suite

    Contact

    Guillaume Fiquet

    Directeur de l'institut

    guillaume.fiquet(at)upmc.fr

     

    Adrien Nusca

    Responsable administratif

    adrien.nusca(at)upmc.fr

    33 +1 44 27 52 17

     

    Jérôme Normand

    Gestion du personnel

    Réservation des salles

    jerome.normand(at)upmc.fr

     

    Antonella Intili

    Accueil et logistique

    Réservation des salles

    antonella.intili(at)upmc.fr

     

     

    Danielle Raddas

    Responsable financière

    danielle.raddas(at)upmc.fr

     

    Cécile Duflot

    Communication

    cecile.duflot(at)upmc.fr

    33 +1 44 27 46 86

     

    Contact unique pour l'expertise de météorites

     

    Contact unique pour l'expertise de matériaux et minéraux

     

    Stages d'observation pour élèves de 3e et de Seconde

    feriel.skouri-panet(at)upmc.fr

     

    Adresse postale

    Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie - UMR 7590

    Sorbonne Université - 4, place Jussieu - BC 115 - 75252 Paris Cedex 5

     

    Adresse physique

    Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie - UMR 7590 - Sorbonne Université - 4, place Jussieu - Tour 23 - Barre 22-23, 4e étage - 75252 Paris Cedex 5

     

    Adresse de livraison

    Accès : 7 quai Saint Bernard - 75005 Paris, Tour 22.

    Contact : Antonella Intili : Barre 22-23, 4e étage, pièce 420, 33 +1 44 27 25 61

     

     

    Fax : 33 +1 44 27 51 52

    L'IMPMC en chiffres

    L'IMPMC compte environ 195 personnes dont :

     

    • 40 chercheurs CNRS
    • 46 enseignants-chercheurs
    • 19 ITA CNRS
    • 15 ITA non CNRS
    • 50 doctorants
    • 13 post-doctorants
    • 12 bénévoles

     

     Chiffres : janvier 2016