Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

accès rapides, services personnalisés
Rechercher
Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie
UMR 7590 - Sorbonne Université/CNRS/MNHN/IRD

La composition de l’oxygène de microfossiles Archéens confirme qu’ils vivaient dans des océans à plus de 40 °C - Actu CNRS INSU - 15 novembre 2016

De très nombreux indices suggèrent que la vie sur Terre est apparue il y a plus de 3 milliards d’années. Cependant, reconstruire les conditions à la surface du globe à cette époque est difficile et sujet à controverse depuis des décennies. Dans un article récemment publié dans le journal Geochemical Perspectives Letters, une équipe de chercheurs français s’est intéressée à cette question à partir de l’analyse de la composition isotopique de l’oxygène de microfossiles extraits de roches âgées de 600 millions à plus de 3.4 milliards d’années, ce qui leur a permis de reconstruire la composition isotopique de l’oxygène des océans au cours des temps géologiques. Selon les auteurs, cette contrainte nouvelle, couplée à l’enregistrement fourni par les cherts, ces roches sédimentaires précipitées dans les océans, suggère que les températures à la surface de la Terre ont chuté régulièrement d’environ 50-60 °C depuis 3.5 milliards d’années.

Ces travaux ont été réalisés par une équipe de chercheurs de l'Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie (IMPMC : CNRS / IRD / MNHN / Université Pierre et Marie Curie), de l'Institut de physique du globe de Paris (IPGP : CNRS / IPGP / Université Paris-Diderot / Université Sorbonne Paris Cité) et du Centre de recherches pétrographiques et géochimiques (CRPG :  CNRS / Université de Lorraine).

 

 

Lire la suite (Site de l'INSU CNRS)

Contact

Romain Tartèse, équipe Cosmochimie, IMPMC
romain.tartese@mnhn.fr, 01 40 79 35 17

Cécile Duflot - 15/11/16

Traductions :

    Egalement dans la rubrique

    Zoom Science - Distribution du nickel entre les différentes phases minérales du fer dans les sédiments du lagon de Nouvelle-Calédonie : le rôle ubiquiste des sulfures de fer remis en question ? - Février 2020

    Situés à l’interface entre les continents et l’océan, les milieux sédimentaires littoraux sont particulièrement exposés aux impacts des activités anthropiques. La compréhension des cycles biogéochimiques des éléments au sein de ce compartiment est donc essentielle pour évaluer les échanges Terre-Mer...

    » Lire la suite

    Contact

    Guillaume Fiquet

    Directeur de l'institut

    guillaume.fiquet(at)upmc.fr

     

    Adrien Nusca

    Responsable administratif

    adrien.nusca(at)upmc.fr

    33 +1 44 27 52 17

     

    Jérôme Normand

    Gestion du personnel

    Réservation des salles

    jerome.normand(at)upmc.fr

     

    Antonella Intili

    Accueil et logistique

    Réservation des salles

    antonella.intili(at)upmc.fr

     

     

    Danielle Raddas

    Responsable financière

    danielle.raddas(at)upmc.fr

     

    Cécile Duflot

    Communication

    cecile.duflot(at)upmc.fr

    33 +1 44 27 46 86

     

    Contact unique pour l'expertise de météorites

     

    Contact unique pour l'expertise de matériaux et minéraux

     

    Stages d'observation pour élèves de 3e et de Seconde

    feriel.skouri-panet(at)upmc.fr

     

    Adresse postale

    Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie - UMR 7590

    Sorbonne Université - 4, place Jussieu - BC 115 - 75252 Paris Cedex 5

     

    Adresse physique

    Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie - UMR 7590 - Sorbonne Université - 4, place Jussieu - Tour 23 - Barre 22-23, 4e étage - 75252 Paris Cedex 5

     

    Adresse de livraison

    Accès : 7 quai Saint Bernard - 75005 Paris, Tour 22.

    Contact : Antonella Intili : Barre 22-23, 4e étage, pièce 420, 33 +1 44 27 25 61

     

     

    Fax : 33 +1 44 27 51 52

    L'IMPMC en chiffres

    L'IMPMC compte environ 195 personnes dont :

     

    • 40 chercheurs CNRS
    • 46 enseignants-chercheurs
    • 19 ITA CNRS
    • 15 ITA non CNRS
    • 50 doctorants
    • 13 post-doctorants
    • 12 bénévoles

     

     Chiffres : janvier 2016