Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

accès rapides, services personnalisés
Rechercher
Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie
UMR 7590 - Sorbonne Université/CNRS/IRD/MNHN

L'origine des diamants terrestres - Actu CNRS - INSU - 7 juin 2018

Depuis des décennies, la communauté scientifique s’interroge sur le mystère de la croissance des diamants issus des profondeurs terrestres. Bien qu’il soit aujourd’hui admis que les diamants sont issus de fluides profonds, de nombreuses questions restent encore posées et sont aujourd’hui très débattues : quelle est la nature de ces fluides, leur composition, leur origine ? Pourquoi les diamants ont-ils des morphologies différentes ? Quel est le mécanisme de croissance des diamants, est-il le même partout dans le manteau terrestre ? Pour tenter de répondre à ces questions cruciales, des chercheurs de l’IMPMC, de l’IPGP et du GEOTOP (Montréal) ont utilisé une approche expérimentale originale faisant appel à des expériences à hautes pressions et températures et à des caractérisations par nanoSIMS. Ils ont ainsi pu montrer que les diamants sont formés à partir de carbonates dissous dans deux types de fluides, aqueux et silicatés et permettent ainsi de comprendre la croissance des diamants de la lithosphère de la Terre, à 150-200 km de profondeur. 

 

Lire l'actualité sur le site de l'INSU du CNRS

 

Référence

Hélène Bureau, Laurent Remusat, Imène Estève, Daniele Pinti, Pierre Cartigny, The growth of Lithospheric Diamonds, Science Advances, 6 juin 2018

 

 

Image MEB (microscopie électronique à balayage) de la surface d’un noyau de diamant après expérience de quatre heures à 7 GPa et 1400°C. On distingue de petits octaèdres de diamants spontanément formés dans le fluide puis piégés en tant qu’inclusions avec des carbonates (globules blancs) dans le diamant en cours de croissance. Schéma du principe de découpe par faisceau d’ions focalisés (FIB) et image MEB d’une plaquette résultante avec zones d’inclusions au centre repérées par des flèches, la signature isotopique en carbone de ces zones est analysée par nanoSIMS. Echelle 2 µm.

Cécile Duflot - 11/06/18

Traductions :

    Un piège bactérien à strontium et baryum

    Les cyanobactéries sont des bactéries ubiquistes, capables d’utiliser la lumière pour synthétiser des molécules organiques à partir de dioxyde de carbone et d’eau tout en libérant du dioxygène. Apparues à la surface de la Terre il y a plus de 2,5 milliards d’années, elles ont irrémédiablement transformé...

    » Lire la suite

    Contact

    Guillaume Fiquet (Guillaume.Fiquet @ upmc.fr)

    Directeur de l'institut

    33 +1 44 27 52 17

     

    Nalini Loret (Nalini.Loret @ upmc.fr)

    Attachée de direction

    33 +1 44 27 52 17

     

    Evancia Mahambou (evancia.mahambou @ upmc.fr)

    Gestion du personnel

    33 +1 44 27 74 99

     

    Danielle Raddas (cecile.duflot @ impmc.upmc.fr)

    Gestion financière

    33 +1 44 27 56 82

     

    Cécile Duflot (cecile.duflot @ upmc.fr)

    Chargée de communication

    33 +1 44 27 46 86

     

    Expertise de météorites

     

    Expertise de matériaux et minéraux

     

    Stages d'observation pour les 3e et les Seconde : feriel.skouri-panet@upmc.fr (feriel.skouri-panet @ upmc.fr)

     

    Adresse postale

    Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie - UMR 7590

    Sorbonne Université - 4, place Jussieu - BC 115 - 75252 Paris Cedex 5

     

    Adresse physique

    Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie - UMR 7590 - Sorbonne Université - 4, place Jussieu - Tour 23 - Barre 22-23, 4e étage - 75252 Paris Cedex 5

     

    Adresse de livraison

    Accès : 7 quai Saint Bernard - 75005 Paris, Tour 22.

    Contact : Antonella Intili : Barre 22-23, 4e étage, pièce 420, 33 +1 44 27 25 61

     

     

    Fax : 33 +1 44 27 51 52

    L'IMPMC en chiffres

    L'IMPMC compte environ 195 personnes dont :

     

    • 40 chercheurs CNRS
    • 46 enseignants-chercheurs
    • 19 ITA CNRS
    • 15 ITA non CNRS
    • 50 doctorants
    • 13 post-doctorants
    • 12 bénévoles

     

     Chiffres : janvier 2016