Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

accès rapides, services personnalisés
Rechercher
Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie
UMR 7590 - Sorbonne Université/CNRS/MNHN/IRD

Quand l’atome s’agite : spectroscopie vibrationnelle d’un défaut isolé du graphène en microscopie électronique - Actualité Sorbonne Université - 28 avril 2020

Dans un article paru dans la revue scientifique américaine Science et qui s’inscrit dans le cadre de l'étude de la structure atomique de la matière, des chercheurs duSuperSTEM Laboratory (Daresbury, Royaume-Uni) et de l’IMPMC (Sorbonne Université/CNRS/MNHN/IRD) ont réussi à observer comment la présence d’un seul atome étranger dans un solide peut engendrer une modification locale considérable de ses propriétés vibrationnelles.

Les chercheurs utilisent la spectroscopie de perte d'énergie des électrons à haute résolution et des calculs ab initio approfondis pour tracer et mesurer à l’échelle atomique la réponse vibrationnelle d’un seul atome étranger inséré situé dans le réseau du graphène et sonder spectroscopiquement la dynamique du réseau qui en résulte, « une prouesse expérimentale», déclare Guillaume Radtke, chargé de recherche CNRS à l’Institut de Minéralogie, de Physique des Matériaux et de Cosmochimie (IMPMC) et un des auteurs de l’étude, qui ouvre une voie jusqu’à présent inexplorée dans la mesure de ces changements subtils de la matière qui opèrent à l’échelle atomique de la matière et dans le contrôle des propriétés des matériaux, offrant des implications de grande envergure dans les domaines de la physique, de la chimie et de la science des matériaux.


Lire l'article sur le site de la Faculté des Sciences et Ingénierie de Sorbonne Université

Référence

Single-atom vibrational spectroscopy in the scanning transmission electron microscope, F. S. Hage, G. Radtke, D. M. Kepaptsoglou, M. Lazzeri, Q. M. Ramasse, Science, le 6 mars 2020.

Cécile Duflot - 28/04/20

Traductions :

    Zoom Science - Distribution du nickel entre les différentes phases minérales du fer dans les sédiments du lagon de Nouvelle-Calédonie : le rôle ubiquiste des sulfures de fer remis en question ? - Février 2020

    Situés à l’interface entre les continents et l’océan, les milieux sédimentaires littoraux sont particulièrement exposés aux impacts des activités anthropiques. La compréhension des cycles biogéochimiques des éléments au sein de ce compartiment est donc essentielle pour évaluer les échanges Terre-Mer...

    » Lire la suite

    Contact

    Guillaume Fiquet

    Directeur de l'institut

    guillaume.fiquet(at)upmc.fr

     

    Adrien Nusca

    Responsable administratif

    adrien.nusca(at)upmc.fr

    33 +1 44 27 52 17

     

    Jérôme Normand

    Gestion du personnel

    Réservation des salles

    jerome.normand(at)upmc.fr

     

    Antonella Intili

    Accueil et logistique

    Réservation des salles

    antonella.intili(at)upmc.fr

     

     

    Danielle Raddas

    Responsable financière

    danielle.raddas(at)upmc.fr

     

    Cécile Duflot

    Communication

    cecile.duflot(at)upmc.fr

    33 +1 44 27 46 86

     

    Contact unique pour l'expertise de météorites

     

    Contact unique pour l'expertise de matériaux et minéraux

     

    Stages d'observation pour élèves de 3e et de Seconde

    feriel.skouri-panet(at)upmc.fr

     

    Adresse postale

    Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie - UMR 7590

    Sorbonne Université - 4, place Jussieu - BC 115 - 75252 Paris Cedex 5

     

    Adresse physique

    Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie - UMR 7590 - Sorbonne Université - 4, place Jussieu - Tour 23 - Barre 22-23, 4e étage - 75252 Paris Cedex 5

     

    Adresse de livraison

    Accès : 7 quai Saint Bernard - 75005 Paris, Tour 22.

    Contact : Antonella Intili : Barre 22-23, 4e étage, pièce 420, 33 +1 44 27 25 61

     

     

    Fax : 33 +1 44 27 51 52

    L'IMPMC en chiffres

    L'IMPMC compte environ 195 personnes dont :

     

    • 40 chercheurs CNRS
    • 46 enseignants-chercheurs
    • 19 ITA CNRS
    • 15 ITA non CNRS
    • 50 doctorants
    • 13 post-doctorants
    • 12 bénévoles

     

     Chiffres : janvier 2016