Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

accès rapides, services personnalisés
Rechercher
Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie
UMR 7590 - Sorbonne Université/CNRS/MNHN/IRD

Une nouvelle fenêtre expérimentale ouverte sur l'intérieur des planètes - Actu CNRS-INSU - 14 mai 2020

En s’enfonçant à l’intérieur d’une planète, la pression et la température augmentent, modifiant les propriétés physiques de ses différentes enveloppes (manteau rocheux fait de silicates et noyau métallique). Pour comprendre l’origine de notre planète et sa dynamique interne, il est crucial d’atteindre des pressions de plus de 100 GPa et des températures de 6000 Kelvins, ce qui représente un défi expérimental !

Une nouvelle approche, couplant des lasers de puissance et des rayons X en moins d’une nanoseconde, a permis de reproduire en laboratoire le manteau terrestre à plus de 2000 km de profondeur.

Ces résultats ouvrent des perspectives intéressantes : ils permettront non seulement de mieux simuler les premiers instants de la Terre, lorsqu’elle était à l’état d’un océan de magma, mais également d’atteindre des conditions de pression et de température plus importantes, semblables à celles régnant dans les intérieurs des Super-Terres, exoplanètes analogues à la Terre mais de plus grande taille.

Lire la suite (site INSU CNRS)

Référence

In situ X-ray diffraction of silicate liquids and glasses under dynamic and static compression to megabar pressures

Guillaume Morard, Jean-Alexis Hernandez, Marco Guarguaglini, Riccardo Bolis Alessandra Benuzzi-Mounaix, Tommaso Vinci, Guillaume Fiquet, Marzena. A. Baron, Sang Heon Shim, Byeongkwan Ko, Arianna E. Gleason, Wendy L. Mao, Roberto Alonso-Mori, Hae Ja Lee, Bob Nagler, Eric Galtier, Dimosthenis Sokaras, Siegfried H. Glenzer, Denis Andrault, Gaston Garbarino, Mohamed Mezouar, Anja Schuster, Alessandra Ravasio

https://www.pnas.org/content/early/2020/05/14/1920470117

 

Illustration de l'approche expérimentale. © Greg Stewart/SLAC National Accelerator Laboratory

Cécile Duflot - 25/05/20

Traductions :

    Egalement dans la rubrique

    Zoom Science - Grâce à la pression, un complexe paramagnétique FeCo agit comme un interrupteur moléculaire - Octobre 2020

    Les commutateurs magnétiques moléculaires sont des matériaux dont les propriétés optiques, magnétiques, diélectriques ou mécaniques changent radicalement en réponse à des stimuli externes comme la lumière, la température ou la pression. L’intérêt de ces composés réside dans leur grand potentiel d’exploitation...

    » Lire la suite

    Contact

    Guillaume Fiquet

    Directeur de l'institut

    guillaume.fiquet(at)upmc.fr

     

    Bruno Moal

    Administrateur

    33 +1 44 27 52 17

    bruno.moal(at)upmc.fr

     

    Jérôme Normand

    Gestion du personnel

    Réservation des salles

    jerome.normand(at)upmc.fr

     

    Antonella Intili

    Accueil et logistique

    Réservation des salles

    antonella.intili(at)upmc.fr

     

     

    Danielle Raddas

    Responsable financière

    danielle.raddas(at)upmc.fr

     

    Cécile Duflot

    Communication

    cecile.duflot(at)upmc.fr

    33 +1 44 27 46 86

     

    Contact unique pour l'expertise de météorites

     

    Contact unique pour l'expertise de matériaux et minéraux

     

    Stages d'observation pour élèves de 3e et de Seconde

    feriel.skouri-panet(at)upmc.fr

     

    Adresse postale

    Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie - UMR 7590

    Sorbonne Université - 4, place Jussieu - BC 115 - 75252 Paris Cedex 5

     

    Adresse physique

    Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie - UMR 7590 - Sorbonne Université - 4, place Jussieu - Tour 23 - Barre 22-23, 4e étage - 75252 Paris Cedex 5

     

    Adresse de livraison

    Accès : 7 quai Saint Bernard - 75005 Paris, Tour 22.

    Contact : Antonella Intili : Barre 22-23, 4e étage, pièce 420, 33 +1 44 27 25 61

     

     

    Fax : 33 +1 44 27 51 52

    L'IMPMC en chiffres

    L'IMPMC compte environ 195 personnes dont :

     

    • 40 chercheurs CNRS
    • 46 enseignants-chercheurs
    • 19 ITA CNRS
    • 15 ITA non CNRS
    • 50 doctorants
    • 13 post-doctorants
    • 12 bénévoles

     

     Chiffres : janvier 2016